• JPIC-CMF

Hommage à tous les immigrés morts en mer à la recherche d’une vie meilleure

Selon l’organisation internationale pour les migrations(OIM), plus de 17000 personnes sont mortes ou portées disparues entre 2014 et 2018 en voulant traverser la Méditerranée à la recherche des conditions de vie meilleure en Europe. Ce nombre révèle l’ampleur du drame que représente cette question pour l’humanité.

Dans cette publication, je ne prétends pas m’attaquer aux causes, ni parler des conséquences, moins encore apporter des pistes de solutions à ce drame. Je laisse cela aux spécialistes de ce sujet. D’ailleurs, cette question a été et est encore thème de plusieurs réunions et rencontres internationales, à haut niveau, reunissant spécialistes de différents domaines pour penser comment éviter ces pertes en vie humaine. Malheureusement, ces réunions et rencontres n’ont pas toujours atteint les résultats escomptés.

 
 

C’est pourquoi, dans cette publication,je n’aborde pas cette question sous cet angle. Mais, je préfère simplement rendre un hommage à tous ces immigrés morts dans la Méditerranée en voulant vivre, faisant miennes les paroles d’un poeme tiré de la page Facebook Merveilleux Contes d’Afrique.

A ce frère Inconnu mort en voulant vivre Il a quitté son village avec le sourire et ses parents avec les larmes. Sa mère l’a serré fort et lui a dit : « sois fort mon fils, tu sais comme je t’aime, reviens-moi vite… » Puis il est parti vers l’inconnu, vers une terre qu’on disait riche d’humanité et de progrès ; Il voulait fuir la misère pour revenir aux siens avec un peu plus de lumière. Puis il est parti, vers l’inconnu… il pensait emprunter les routes du paradis, il a atterri en enfer. Il s’est embarqué avec des inconnus, il a payé le prix cher pour traverser ; Il pensait acheter un ticket pour le bonheur et il s’est embarqué dans le train de la mort. Enfant de la chaleur, il ne connaissait pas le froid, enfant du désert, il ne connaissait pas la mer, enfant des terres, il ne savait pas nager. Piégé entre ciel et mer, il y a eu une terrible vague, et la barque a basculé, il est tombé dans les eaux profondes. Enfant des plaines, il ne savait pas nager. Dans son angoisse, en se débattant désespéré, il a pensé à son village, à ses frères et sœurs, à ses amis, à son père et surtout à sa mère. Dans son ultime souffle, il a eu quelques larmes, et il a dit en s’étouffant : « pardonne-moi maman, je n’ai pas réussi à vous aider, et je meurs sans t’avoir revue. » Le pauvre… c’était plus difficile qu’il ne croyait, la forteresse Europe était inaccessible. Quel destin ! il est né dans les terres sèches et il est mort en pleine mer. Il est mort à cause d’un monde impitoyable, il est mort à cause d’un système meurtrier, il est mort en voulant vivre… Hommage à toi, héros inconnu des temps modernes…
0 visualização0 comentário

Posts recentes

Ver tudo